top of page

Constellation 

Le Cri d'Edvard Munch : Un cri connu de tous

Dernière mise à jour : 10 avr.



Si je vous parle d’une peinture avec une forme fantasmagorique sur un pont, ouvrant la bouche, et se tenant les oreilles, beaucoup d’entre vous penseront au tableau intitulé Le Cri peint par Edvard Munch.

 

Que l’on soit néophyte en peinture ou connaisseur, cette image est présente dans nos esprits tant ce tableau est ancré dans la culture populaire.

  

Un phénomène naturel comme élément déclencheur

 

En août 1883, le volcan Krakatoa entre en éruption en Indonésie, et produit un bruit d’une puissance inouïe entendu à presque 5 000 km à la ronde. Les cendres, elles aussi, se sont dispersées sur une grande étendue jusqu’au Nord de l’Europe dont   la Norvège pays du peintre. Le ciel ayant pris soudainement une couleur rougeoyante pendant des semaines, cela a profondément marqué les consciences y compris delle de Munch.

 

Dans son journal intime, le 22 janvier 1892, Munch écrivit que lors d’une promenade avec deux amis, il vit le ciel devenir rouge sang avec des langues de feu au-dessus du fjord. Il sentit comme un cri infini à travers l’univers. Tous les spécialistes se rejoignent pour dire que Munch évoque cette explosion volcanique et ses répercussions et qu’il s’agit de la source d’inspiration pour le tableau qu’il peignit dix ans après l’événement.

 

Une réception et une compréhension difficile

 

Le tableau a été présenté pour la première fois en 1895 et les critiques négatives furent nombreuses, certains allant même à dire que le peintre était fou, car ils ne comprenaient pas l’œuvre. Sur l’une des versions, celle du musée national d’Oslo, est présente une inscription que l’on sait être de la main de l’artiste désormais. Il y est noté « cela ne peut avoir été peint que par un fou », sans doute un pied de nez à ses détracteurs.

 

Il est encore complexe de comprendre l’œuvre de nos jours, la plupart des personnes pensant que c’est le personnage principal qui crie en se bouchant les oreilles, or, ce serait bien pour ne plus entendre le cri provenant de la nature, ce qui n’est pas tout à fait pareil.

  Un tableau ancré dans la culture populaire

 

Si ce tableau est mondialement connu, y compris par des personnes ne connaissant rien à la peinture, c’est qu’en plus des 5 versions existantes, celui-ci a été repris à de multiples occasions. Dans la peinture, avec des détournements effectués par Erró un artiste islandais, dans le cinéma, car il a inspiré le célèbre masque du tueur de Scream ou encore à la télévision où il apparaît notamment plusieurs fois dans Les Simpsons.

 

N'oublions pas les références dans la littérature, la bande dessinée, les mangas (Naruto ou encore Nicky Larson) qui en font un des tableaux le plus reconnu qui possède même désormais son propre émoji sur nos smartphones. Une consécration moderne pour une œuvre qui a plus de 130 ans et qui continue d’inspirer et d’être analysée.

 

 

Fou, ou génie s’étant servi d’un souvenir intense pour peindre presque un autoportrait, Edvard Munch a réussi en tout cas l’exploit d’avoir une de ses peintures passée à la postérité. Celle-ci n’est évidemment qu’une œuvre parmi tant d’autres faisant partie du cycle « La frise de la vie » qui est resté inachevée et je vous encourage à découvrir ce peintre connu et méconnu à la fois. Un article de Patsy MONSOON.


533 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page